Maryam Baylo Journal d’une jeune fille révoltée Par Jean-Marie Touré (Paris : L’Harmattan-Guinée, 2012)

article mise à jour : 2 avril 2015
Jean-Marie Touré n’est plus à présenter dans le monde littéraire guinéen d’aujourd’hui. Le nombre et la qualité de ses œuvres l’y assurent une place de choix.

‘’ Maryam Baylo, journal d’une jeune fille révoltée’’ est l’une de ses dernières publications dont la facture ajoute à une notoriété de plus en plus grande. L’ouvrage se signale par une critique assez pertinente de travers sociaux notamment le mariage forcé qui en est le thème central. Maryam Baylo, l’héroïne, fréquente le lycée dans une ville du Fouta-Djallon. Sa famille décide de la donner en mariage à un bigame fortuné, ce à quoi elle s’oppose catégoriquement. Ni arguments de religion ou de classe sociale, ni menaces de toutes sortes n’arrivent à fléchir son libre choix de l’élu de son cœur.
L’analyse fine du cheminement de Maryam qui se préserve de toutes relations vicieuses dans un monde de plus en plus pervers ainsi que la peinture vivante et admirable des facettes de l’amour et de l’amitié font de ce livre une espèce de chef-d’œuvre à proposer aux lecteurs de tous âges en particulier à la jeunesse.
A noter qu’outre le thème central, divers autres travers sociaux sont évoqués et stigmatisés en passant comme les modes vestimentaires extravagantes, les mutilations génitales féminines, les funérailles onéreuses, etc. Mais où le bas blesse dans ce récit, c’est l’éloge en sourdine de la révolution culturelle socialiste d’hier qui est la source de l’enseignement tape-à-l’œil et de la médiocrité intellectuelle dont souffre la jeunesse guinéenne. On ne saurait passer sous silence par ailleurs quelques erreurs de vocabulaire ou de syntaxe et les nombreuses coquilles qui sont le lot habituel des éditions L’Harmattan.

Walaoulou BILIVOGUI