Miss Guinée : Un sacre et des Casseroles !

article mise à jour : 31 décembre 2013
C’est dans une ambiance surchauffée, digne d’un stade de football que se tint la grande finale du concours Miss Guinée 2014 au Palais du Peuple de Conakry. Nombreux étaient les supporters de nos misses locales scandant à tue-tête les noms de leurs favorites. Ce chahut était perceptible à l’intérieur comme à l’extérieur de la salle de congrès dudit Palais.

Initialement prévues à 20h GMT, les hostilités ne débutèrent que plus de deux heures plus tard. Donc, ce n’est que vers 22h15 GMT que les choses sérieuses débutèrent avec un défilé synchronisé, et chorégraphié des candidates toutes de bleu vêtues, apportant ainsi une touche de fraicheur qui sembla manqué dans la salle durant toute la soirée. Suivi en cela de Johanna Barry, présidente du COMIGUI, qui gratifia le public d’une prestation musicale époustouflante et d’un discours de circonstance remarquable. Puis, vint le Ministre de La Culture, Mr Ahmed Tidjani Cissé avec cette phrase pleine de sens : « Ce soir, la Guinée est belle 18 fois … ».

En effet, ce soir, 18 jeunes fille concouraient dans le but de se faire élire plus belle femme de nos chères Rivières du Sud (jadis, nom que le colonisateur avait donné à notre pays). Les défilés des candidates se déroulèrent en trois temps. Premièrement, le passage en tenu traditionnel de chacune d’elle avec une présentation de leur région d’origine et des danses folkloriques qu’elles exécutèrent avec énormément de talent. Deuxièmement, le passage en tenu dite de vérité, en maillot de bain. Celui-ci laissa le public sans voix. N’était audible dans la salle que des sifflets de stupéfaction de ces derniers, car les candidates surent se montrer à leur avantage en étant belles, débordante d’énergie et de courage. Seules onze candidates en furent retenues. Ensuite vint, l’épreuve dite de la mort subite, qui verra les candidates jugées selon leur niveau intellectuel. À ce stade de la compétition, le stress avait déjà atteint son point culminant, faisant ainsi trébucher bon nombre des candidates, les unes après les autres. Après cette épreuve, le jury se retira pour délibérer. Ce fut le moment choisi par Soul Bangs pour faire vibrer la salle toute entière. Ensuite, ce fut au tour de la fine fleur de la couture guinéenne, Alpha O et compagnie, de l’ébahir par ses sublimes créations. C’est après ces grands moments de communion qu’arriva le grand moment tant attendu : la délibération. Le jury annonça d’emblée qu’il ne fut pas aisé de départager les candidates tant elles rivalisaient de beauté. Hélas, une seule d’entre elles devaient être choisie. Le clou de la soirée fut ainsi, le couronnement de Mlle Halimatou Diallo, élu miss Guinée 2014, sous les cris de jubilation d’une salle quasi conquise.

Ce qu’il faudrait changer

L’évènement fut beau, cependant, un certain nombre de choses furent à déplorer. L’un des tous premiers points à relever concerne la ponctualité. L’évènement avait été programmé pour 20h GMT, mais il ne débuta que plus de 2h plus tard. Ce qui est un manque de respect pour les spectateurs présents ce jour-là au palais du peuple de Conakry et pour les téléspectateurs assis devant leurs écrans de télévision. Alors, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, chers Hautes personnalités, chers organisateurs d’évènements, veuillez-vous défaire s’il vous plaît de vos privilèges en faisant de la ponctualité un principe inaliénable. Vous devez être les premiers à donner l’exemple. En plein 21ème siècle, il est inacceptable que dans les consciences collectives, 19h soit 23h ou minuit. Avant l’heure, ce n’est pas l’heure. Après l’heure, ce n’est plus l’heure. L’heure, c’est tout simplement l’heure. Le monde entier nous regarde, alors cessons d’être la risée de ce dernier. En dehors des sans grades qui attendaient, avez-vous eu un instant une brève pensée pour les candidates qui devaient stresser à mort ?

Autre chose, l’indiscipline avérée d’une partie du public. Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, apprenez à respecter votre prochain. Était-il besoin d’asperger d’eau les spectateurs et les techniciens des médias ? Que dire de ce vacarme assourdissant, ponctué de coups de sifflets ? Jeunesse ne doit pas rimer inconscience permanente. Prenez-vous au sérieux si vous souhaitez être respecté. Une fois de plus, le monde entier nous regarde. Nos sœurs qui concouraient ce soir-là, avaient également besoin de calme. Lorsque l’une trébuchait sur un mot, nous devions surtout l’acclamer plutôt que de la déstabiliser en riant d’elle ou en la huant. Dans cette salle, il n’y avait pas que les miss, qui sont certainement vos amies, il y avait également nos pères, mères, tantes, etc. Donc, respectons-nous afin de gagner le respect qui nous est dû !

Dernier point, le palais du peuple. De grâce, chers autorités, faites quelque chose pour ce haut lieu de notre pays. Vous voyez pourtant son état de délabrement avancé, mais vous semblez détournés le regard afin de ne pas la croisé. C’est une trahison ! C’est le premier bâtiment institutionnel que l’on rencontre avant de pénétrer notre cher centre-ville. Est-ce l’image de notre pays que nous souhaitons donner à nos hôtes lorsqu’ils nous visitent ? Il est vrai que les priorités sont nombreuses dans notre pays, néanmoins, nous pensons que le Palais du Peuple, lieu chargé d’histoire, doit être rénové et embelli. Il en va de la fierté de nos compatriotes.

La Guinée ne doit plus être en marge d’autres nations, elle doit se lever et faire face aux nombreux défis qui l’assaillent. Nous sommes capables de faire, les plus belles choses du monde, pourvu que nous y croyions en y mettant détermination et considération. Cette élection Miss Guinée fût belle avec ses ratés et le peu de moyen dont dispose ses organisateurs. Toutefois, elle laisse entrevoir des lendemains radieux si seulement, nous nous en donnons les moyens. Pour cela, donnons-nous la main et avançons de concert.