Nalu et Baga : Deux cultures très riches, mais peu explorées

article mise à jour : 2 décembre 2013
En allant à la découverte des communautés Nalu et Baga de la Cote Guinéenne, l’auteure de ‘’A la rencontre des Nalu’’, notre compatriote, ethno-esthéticienne, Marie Yvonne Curtus, savait que la tâche ne lui serait pas facile. D’abord en sa qualité de femme, mais surtout pour le fait qu’elle n’est pas une initiée de deux communautés. Mais, à cœur vaillant, rien d’impossible, dit-on souvent.


Engagée qu’elle est dans les travaux de recherche pour son mémoire, Marie Yvonne Curtus a foncé tout droit et ses efforts ont fini par payer à travers une collaboration franche avec les sages, les détenteurs des secrets des hommes et des masques de la contrée.

Découverte importante chez les Nalu, c’est dans cette communauté, les masques son personnifiés, d’où le préfix ‘’bè’’, propre aux êtres animés, pour désigner le pluriel, au lieu de A, habituellement. ‘’A la rencontre des Nalu’’, officiellement lancée le mercredi 27 novembre dernier au centre culturel franco-guinéen en présence de nombreux proches de l’auteure, des élèves et des hommes de culture, est une œuvre synthétique des travaux de mémoire de Marie Yvonne Curtus. Un travail d’anthologie qui a su percer le secret des communautés Nalu et Baga de la Basse Cote dont elle a eu la chance de prendre part, ai même titre que les initiés, à certaines cérémonies rituelles.

L’occasion a été opportune pour Marie Yvonne de comprendre que les communautés Nalu et Baga cohabitent depuis l’aube des temps et développent des relations intiment. « Dans les forets sacrées, le langages secrets des Baga est le Nalu et vice versa ». Même si selon elle, « la culture Baga a subi un peu plus d’influence occidentale que celle des Nalu, plus insulaires donc plus isolée ».

Sur les variantes linguistiques de la langue Nalu, Marie Yvonne Curtus en a distinguée trois. « Les Nalu qui vivent sur la terre ferme se comprennent mieux entre eux, mais ils ne se comprennent pas avec ceux qui vivent dans les îles plus proches de Nalu de la Guinée Bissau ». A travers ces travaux de mémoire, Marie Yvonne a réalisé des choses que même les fils de contrée se sont rendus incapables de faire. C’est pourquoi El Oumar Camara, Nalu lui-même, de la télé nationale s’est engagée à réaliser une vidéo de 13 minutes inspirée de cet ouvrage. Ce que Marie Yvonne a accepté avec plaisir.

1 photos