Oumar Kouyaté, Griot et détenteur de la musique mandingue

article mise à jour : 22 juin 2013
Griot de naissance, détenteur de la musique mandingue, Oumar Kouyaté est un représentant de la jeunesse musicale de Guinée conakry. Son père, M’Bady Kouyaté , parmi les derniers maîtres vivants de la kora, lui a transmis les clés de son univers musical mandingue.

L’apprentissage rigoureux de la kora s’est fait dès le plus jeune âge aux côtés de ses frères qui ont pu, eux aussi, développer leurs projets personnels (dont les membres du groupe Ba Cissoko). Le chant est une discipline associée à l’apprentissage de l’instrument et permet à Oumar d’explorer très vite un répertoire de chants traditionnels qui l’inspireront pour ses propres compositions. Au-delà d’une technique de jeu précise et subtile, ce sont ses prouesses vocales qui lui confèrent une identité particulière au sein de sa lignée de griots.

En 2005, une association marseillaise permet à Oumar Kouyaté de se produire sur les scènes françaises. Face à l’engouement des publics et à l’intérêt que lui porte la profession, Oumar Kouyate, à 24 ans, quitte Conakry pour s’installer à Marseille. Sans véritable entourage professionnel, le jeune artiste se produit sur des scènes renommées de la région marseillaise, telles que le festival « Les Suds » à Arles, le salon des Musiques du Monde Babel Med « Docks des Suds », le festival Africa Fête, le festival « Zik Zak » à Aix en Provence, le Festival de jazz des 5 continents, mais aussi à La Maison des Cultures du Monde à Paris, le festival « Nuits Métis » en Algérie et à Marseille...

Oumar sillonne régulièrement les petites scènes de Genève, Bretagne et de la région Marseillaise. D’autre part, il multiplie les collaborations artistiques avec des artistes tels que Rit, Ahmad Compaoré (participation sur son dernier album enregistré en 2008), Touré Kounda lors des Estivals de Venelles, ou encore Dobé Gnahoré, Sibongilé Mbambo, artiste sud-africaine, ou Pops Mohamed, un vétéran des musiques sud-africaines, pour une création à Johannesburg.

L’artiste est également enseignant de kora et chant à La Cité de La Musique de Marseille. Il représente la première ouverture vers l’Afrique sub-saharienne d’une des grandes écoles de musique de France. Il réalise ici un de ses premiers rêves d’artiste griot : transmettre son savoir et inviter à la connaissance des cultures mandingues. Un de ses autres rêves était de sortir un premier album studio. La rencontre entre Oumar Kouyaté et Stéphane Salerno donna naissance à la formation "Wontanara". Le premier album dénommé "M’Bady" est sortie le 22 février 2013.

www.oumarkouyate.com