"Parole Indigo" : Lancement de la première édition du festival à Grand-Bassam

Publié par : Diané •  article mise à jour : 6 décembre 2016
Selon lsabelle Gremiller, promotrice de l’événement « le projet, c’est assigne une teinture. A savoir, organisé la circulation des ouvrages et suscité l’amour du roman chez les enfants, le jeune et l’adulte. »

C’est autour du thème « les élèves et la lecture, pourquoi ça coince ? Quels moyens pour amener les enfants ? Quels livres leur proposer ? », Que les promoteurs du festival paroles indigo, les maisons d’éditions, les libraires les écrivains, les hommes de cultures et les élèves se sont retrouvés le vendredi 2 décembre, au centre de culture Jean Baptiste Mockey de Bassam pour lancé le démarrage du festival « Parole Indigo ».

Ce cadre d’expressions du livre, qui se déroule du 2 au 5 décembre 2016 à Grand-Bassam s’inscrit dans la continuité de la première édition. Il vise à créer l’émulation du gout du bouquin.

Selon lsabelle Gremiller, promotrice de l’événement « le projet, c’est assigne une teinture. A savoir, organisé la circulation des ouvrages et suscité l’amour du roman chez les enfants, le jeune et l’adulte. »

A l’occasion de cette 1ere journée, une conférence inaugurale a été dite par l’écrivain Essaie Biton Coulibaly dans la salle du centre Jean Baptiste Mockey. Se prononçant sur le thème, l’écrivain a exhorté les parents de l’élèves, les élèves et étudiants à s’intéresser à la lecture seule trésor pour le devenir de l’instruction et le développement de la personnalité.

Pour lui, il existe cinq genres de lecture qu’il faut exploiter pour le devenir de l’être. A savoir, la lecture informative (journaux de renommes), lecture distractive, lecture d’acquisition, le lecture consacrée et les livres d’élévation.

Auparavant, les invités du festival paroles indigo ont visité les expositions photos de Marc Garanger ( prix Niepce 1966), le musée du costume de la ville, les dessins satiriques et la bibliothèque municipale.

Afratmat