Paul Balla Mansaré : élève Gendarme, écrivain, « Dans ce roman, je peins la société la Guinée minée par l’ethnocentrisme »

article mise à jour : 15 avril 2014
‘’Au cœur du préjugé’’ est une œuvre romanesque produite par un jeune diplômé de l’université guinéenne, Paul balla Mansaré, qui, par accident, faute de mieux, dans un monde où l’offre d’emploi est aussi rare que les denrées alimentaires, a décidé de faire carrière au sein de l’élite de l’armée guinéenne, la gendarmerie nationale. Particulièrement brillant, comme à l’école, Paul Balla s’est fait remarquer de façon positive au moment de la formation commune de base en laissant une bonne impression à ses supérieurs hiérarchiques qui comptent désormais avec lui pour une relève bien assurée.
JPEG - 24.1 ko

Ce qui ne le fait nullement perdre de vue sa vocation première qu’est la littérature qu’il concilie malgré tout avec son destin d’élève gendarme. Paul balla est auteur plusieurs manuscrits dont le premier édité récemment par Publibook en France fera l’objet d’une cérémonie de signature le 24 avril 2014, dans le cadre des ‘’72 heures du livre’’, le plus grand événement culturel annuel organisé par ‘’L’Harmattan-Guinée’’.

Dans cet entretien d’avant-goût de la présentation qu’il fera très prochainement, il accepté de se prêter aux questions de Guinee-Culture.org.

Guinee-Culture.org : De quoi s’agit-il dans ‘’Au cœur des préjugés’’ ?

Paul Balla Mansaré : Dans ce Roman, je donne la parole à une narratrice, élève de Terminales sciences sociales et candidate au bac. En fait, il s’agit d’un roman intitulé “Au cœur du préjugé“ qui comprend principalement trois parties :
1- Demain, mon bac ;
2- Les préjugés ;
3- L’habit du moine.

Dans la première partie, Charlotte Sia, c’est la narratrice est particulièrement préoccupée par son admission au bac à cause de son introduction qu’elle semble avoir ratée en philosophie et son seul refuge, c’est sa chambre qu’elle partage avec sa tante paternelle, Madeleine Fatouma que fréquente, de manière assez irrégulière, un gendarme de son état le capitaine Youssouf. Ses hautes fonctions à la gendarmerie constituent la raison de la rareté de ses visites. Et la tante de charlotte Sia s’en offusque tout naturellement. Mais sa nièce essaie de la raisonner en lui racontant l’histoire d’un couple impossible (Yémalé, le mari, Yègho, l’épouse) qu’un vieux faiseur de tisane(le vieux Nongô) réussira à réconcilier. Mais, au-delà de cette histoire, il y a la lancinante inquiétude de charlotte par rapport à son admission au Bac. Dans les préjugés, charlotte apprend de son cousin Frank qui a pratiquement fait le tour des quatre régions naturelles de la guinée, que le seul problème de la Guinée c’est l’intolérance ethnique ou mieux les préjugés que les groupes ethniques ont les uns vis-à-vis des autres. Les soussous sont mal vus des peuls et des malinkés ; les peuls le sont aussi des soussous et des malinkés ; les forestiers sont aussi mal appréciés des autres groupes ethniques.

Et la cause de ces préjugés, c’est la méconnaissance des autres groupes ethniques et de leur culture par les autres. L’habit du moine est l’occasion, pour la narratrice de faire le procès des professeurs qui sortent avec leurs élèves. Certains le font discrètement, d’autres de manière ostentatoire. Et charlotte, la narratrice, cite l’exemple de son professeur principal (M. Diané) qui avait voulu abuser d’elle sous prétexte de la faire réviser dans la perspective du bac. Et malgré les propos de cet homme face au refus de charlotte de coopérer (c’est moi qui fais les lauréats, les premiers et les derniers) elle sera admise au Bac et même lauréate.

Guinee-Culture.org : En quoi ce roman est-il intéressant pour la société guinéenne ?

Paul Balla Mansaré : Dans ce roman, je peins la société africaine de Guinée qui est minée par l’ethnocentrisme, le tribalisme et le régionalisme ; des actes qui ne donnent aucune chance à la Guinée d’avancer. Aussi, je mets à vue certains agissements néfastes devenus monnaie courantes dans le système éducatif guinéen. Je demande à la nouvelle génération de faire peau neuve afin de bâtir une Guinée nouvelle prospère qui fera le bonheur de tous.

JPEG - 57.5 ko

2 photos