Pour la 1ère fois l’Enfant Noir sera transposé

article mise à jour : 3 mai 2012

Agenda

9 mai

Séances scolaires : l’Enfant Noir au Centre Culturel Franco-Guinéen

Du 9 mai 2012 15:00 au 10 mai 2012

11 mai

Séances Tout public : l’Enfant Noir au Centre Culturel Franco-Guinéen

Du 11 mai 2012 19:30 au 12 mai 2012

Le Centre Culturel Franco-Guinéen (CCFG) va accueillir bientôt pour la première fois, la création théâtrale mondiale de "L’enfant noir", d’après l’œuvre de Camara Laye, adaptée et mise en scène par Soulay Thiâ’nguel, a appris votre quotidien Guinéenews.

« J’ai interrogé des amis à Paris et j’ai découvert qu’il n’y avait jamais eu d’adaptation au théâtre de l’Enfant Noir de Camara Laye. Or, l’enfant noir représente sur le plan mondial sans doute, l’œuvre la plus connue de la culture guinéenne. Et je me suis dit que là, il y avait une possibilité à exploiter pour que le CCFG puisse créer, un évènement véritable », explique l’initiateur de ce projet, le directeur du CCFG, Daniel Couriol.

Pour le directeur dudit centre, il est important a-t-il indiqué que « cette œuvre phare puisse trouver une nouvelle dimension à travers le théâtre et puisse être ainsi, découverte par d’autres générations car, 60 pour cent de la population guinéenne à moins de 20 ans et l’accès aux livres n’est pas toujours facile », d’où la raison d’adapter cette œuvre du répertoire classique qui, a un impact et une force sur la population tout comme ‘’Les Misérables’’ dans la culture française, apprend-on.

L’enfant noir, une œuvre littéraire totalement différente d’un roman d’action passera sur scène du 9 au 12 mai grâce à la perspicacité du metteur en scène Soulay Thiâ’nguel. Ce travail d’adaptation qui n’a pas été chose facile a d’abord débuté par des contacts avec la famille de Camara Laye tant en Guinée qu’en France au près de son fils et de sa femme Marie. Ensuite, est venu le temps de l’écriture pour que l’univers du romancier soit transposé au théâtre.

« Il fallait partir du roman mais, réinventer l’histoire du roman pour que le public qui vient dans la salle découvre le roman et en même temps, qu’il soit pris dans quelque chose qui soit un peu en dehors du roman », pense le metteur en scène avant de préciser donc, « c’est une adaptation et non une transposition du roman et c’est l’Enfant Noir qui devient le moteur de l’avancement de l’intrigue jusqu’au dénouement que nous avons à la fin », souligne Thiâ’nguel.

De quoi s’agit-il ?

La pièce commence par une discussion entre Laye et Marie sur la décision de venir en Guinée pour rendre visite à son père. Elle se fait arrêter à son arrivée sauf que dans l’adaptation, c’est à ce moment, qu’il y a unedigression de l’histoire réelle de Camara Laye en faisant venir Laye dans la prison. Il arrive en prison et la brigadière dit ‘’ c’est Laye je voulais et maintenant que je le tiens, Marie est libre sauf si elle décide de rester en prison pour se battre’’.

Donc, elle va essayer de les soumettre à l’interrogatoire en disant que s’ils réussissent à répondre à ces questions, ils seront libres tous les deux et contrairement, elle va les tuer tous les deux. L’histoire repose sur ce fait. Marie et Laye jouant en prison pour qu’ils puissent s’en sortir mais sauf qu’à chaque fois qu’on leur pose des questions, à se souvenir dans l’histoire originale de l’Enfant Noir, il y a un être symbolique dans le roman qui est le petit serpent noir qui, va les guider à travers les réponses et la question que va leur poser la geôlière. Donc, ils répondent à des questions et la veille, ils dorment. Et le petit serpent noir en rêve lui dit demain ça va être sur telle question sauf qu’à un moment donné, le serpent est arrêté.

Et que va-t-il se passer après ?

Pour la suite, rendez-vous au Centre Culturel Franco-Guinéen (CCFG) les 9 et 10 mai pour les séances scolaires et les 11 et 12 mai pour des séances publiques dans la salle des spectacles.

En tout cas, avec des comédiens au nombre de 4 dont 3 sortants de l’Institut Supérieur des Arts de Guinée (ISAG) sis à Dubréka et Marcus du groupe Banlieuz’art, le décor, les costumes et le travail de musique tout autour et naturellement avec la confiance de la direction du CCFG, Soulay Thiâ’nguel, metteur en scène ‘’Des Châteaux de la Ruelle’’ en 2010, de ‘’Roméo et Juliette’’ en 2011 et de Brasserie en 2009, promet au public, un spectacle merveilleux qui durera une heure trente.

Source : guineenews.org