Prix Alioune Diop et Aminata Sow Fall : la Côte d’Ivoire et le Sénégal à l’honneur

article mise à jour : 22 décembre 2013
Les prix « Alioune Diop » et « Aminata Sow Fall » ont été respectivement emportés par Nei/Ceda de la Côte d’Ivoire et Maty Seck dite Diouma du Sénégal. Ceci à l’occasion de la 14ème édition de la Foire internationale du livre de Dakar (Fildak). Le prix « Alioune Diop » a été remporté par les Nouvelles éditions ivoiriennes/Centre d’édition et de diffusion africaines (Nei/Ceda). En plus du prix, la Nei/Ceda a gagné un trophée, un diplôme et un chèque d’un montant de 1,5 million F Cfa. Ceci lors de l’édition 2013 de la Fildak qui en est à sa 14ème sortie.

La remise a eu lieu jeudi 19 décembre dernier à la Place du Souvenir africain. Les Nei/Ceda étaient en compétition avec Eburnie, une autre structure ivoirienne qui a reçu un million de nos Francs et un diplôme.

Les récompenses ont été remises par le ministre de la Culture, Abdoul Aziz Mbaye, et la Directrice de la diversité et du développement culturel de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif). Lancé par cette structure, le prix est remis à l’occasion de la Fildak. 11 maisons d’édition d’Afrique étaient en compétition. Plaidant le respect des normes conventionnelles et techniques, pour que les autorités renforcent les capacités des éditeurs, le président du jury, Dominique Zidouemba, chercheur à l’Institut fondamental d’Afrique noire (Ifan, Cheikh Anta Diop) a rappelé que le prix « Alioune Diop » a été créé « pour apporter un soutien matériel au secteur éditorial africain en tirant les efforts des maisons d’édition vers la qualité. »

Promouvoir la créativité

Autre prix, « Aminata Sow Fall pour la créativité » remporté par une sénégalaise du nom de Maty Seck. Cette thiessoise de 23 ans connue sous le nom de Diouma a vu son manuscrit « Mise à nu » récompensé.

L’âge de la lauréate n’a pas laissé indifférent le président du jury, le professeur Amadou Ly, professeur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui a magnifié le style plaisant, très simple et plein d’humour de l’auteur qui a reçu un diplôme et un chèque d’un million de nos Francs des mains d’Aminata Sow Fall. Selon le président du jury, ce concours national d’écriture en langue française est destiné à susciter le goût de la créativité et à accompagner de jeunes créateurs. Il signale aussi que le jury a reçu 41 manuscrits (15 recueils de poèmes, 5 nouvelles, 18 romans, un essai, un pamphlet et une bande dessinée), de jeunes entre 13 et 30 ans. Le professeur recommande par ailleurs aux organisateurs du concours du genre littéraire, « une délimitation de manière plus précise de la tranche d’âge concernée, ensuite l’attribution de trois prix, au lieu d’un et enfin, le lancement un peu plus tôt du concours », car le jury n’avait eu que deux semaines pour lire les 41 manuscrits. La Direction du Livre et de la Lecture du ministère de la Culture et du Patrimoine, partenaire de la compétition avec Oif se chargera de l’édition et de la promotion du livre, selon le professeur Amadou Ly.