RELIGION : Un maouloud pas comme les autres à Sanfina.

article mise à jour : 27 janvier 2013
Du beau monde, il y en avait la nuit du jeudi 24 janvier 2013 à Sanfina, petite localité située à 25 Km de la ville de Kankan pour commémorer dans la ferveur religieuse la date anniversaire de la naissance du prophète Mahomet (paix et salut sur lui). Venus de partout, des quatre coins de la guinée, des pays voisins et d’autres continents, les fidèles musulmans qui ont fait le déplacement de Sanfina cette année, étaient surtout venus quérir des bénédictions d’un érudit, en l’occurrence, El Hadj Cheick Souleymane Sidibé.

En ce jour anniversaire de la naissance du prophète Mahomet (Paix et Salut sur lui), Sanfina a fini de ravaler sa façade, histoire d’accueillir les invités venus de partout. La petite localité a mis les petits plats dans les grands et s’est saignée aux quatre veines pour leur réserver un accueil correct, sans grandes fausses notes.

Au premier rang desquels, il faut compter pas moins d’une vingtaine de commis de l’Etat, ministres, conseillers, préfets et autres cadres de l’administration centrale. La délégation gouvernementale ou tout au moins celle envoyée par le RPG-Arc-en-ciel, était conduite par la mamie, Nantou Chérif, ministre d’Etat à la présidence et Dr Ousmane Kaba, ministre conseiller à la présidence et natif de la ville de Kankan.

Le choix de Sanfina :
D’abord il a obéit aux vœux de l’organisateur en chef de l’événement, l’érudit El Hadj Cheick Souleymane Sidibé. De par ce geste, il a voulu rendre un hommage appuyé de son vivant à El Hadj Mady Oulen Diakité, doyen des doyens du grand Wassolon. La première édition de cette cérémonie a lieu à Djanssoumana, village natal du waliou.

Qui sont les organisateurs ?
C’est l’association Nouredine Islam fondée par El Hadj Cheick Souleymane Sidibé pour contribuer comme son nom l’indique au rayonnement de l’islam. Elle compte de nos jours de milliers d’adhérents qui se comptent dans plusieurs parties de la guinée et au-delà.

Pourquoi le déferlement humain aux cérémonies de maouloud organisées par cette association.

Une seule et unique raison, depuis deux ans les gens accourent de partout pour venir quérir les bénédictions d’El hadj Cheick Souleymane Sidibé, un waliou, originaire de Djassoumana et qui tient un savoir immense de son défunt père El Hadj Ansoumana Sidibé. Il se raconte que quand il fait des bénédictions pour quelqu’un, ses vœux sont généralement exaucés.

Quid de la cérémonie elle-même ?
Elle s’est déroulée correctement dans la petite localité de Sanfina en présence de nombreux invités et d’une foule compacte de fidèles venus de partout, le tout sous un dispositif sécuritaire impressionnant. Elle a duré toute une nuit au cours de laquelle, des cantiques ont été chantés, le coran a été lu, des discours prononcés pour présenter des présents, des invocations et bénédictions dites par le Cheick.

A tous, il a promis que leur sort connaitra une nette amélioration pourvu que les uns et les autres fassent l’effort de changer de façon de faire, de s’acheter une conduite. Sa principale recommandation, aimer et respecter les deux parents géniteurs, car faut-il le rappeler son pouvoir à lui vient de là aussi, de sa maman surtout. Toute une histoire !