Reggae : Tiken Jah Fakoly s’essaye au cinéma.

article mise à jour : 5 mars 2013
Le film documentaire du réalisateur Samir Ben Cheick dans lequel le reggae man ivoirien Tiken Jah Fakoly est l’un des principaux acteurs, sort demain 06 mars du côté de Paris. Intitulé ‘’Sababou, l’espoir’’, ce film est un long métrage qui donne à découvrir les parcours croisés de personnes engagées pour des causes nobles comme la justice, la paix et la culture.

C’est la première fois que l’ivoirien est acteur dans un film. Pour la première grande projection du documentaire prévue pour ce 06 mars, Antenne Jeunes du 9ème arrondissement convie à une ciné-rencontre en présence de Tiken Jah Fakoly. L’artiste a déjà rallié la capitale française. Il était d’ailleurs l’invité de TV5 hier.

Dans l’entretien, Tiken a rappelé son engagement pour une Afrique décomplexée, débarrassée de tous les scories et clichés qu’on lui colle souvent. Il a salué le retour de la paix dans son pays, la Côte d’Ivoire où il entend revenir s’installer bientôt.

Mais pour le moment, c’est encore du côté de Bamako qu’il faut le retrouver en tout cas pour un moment. Tiken dit vouloir rester aux côtés du peuple malien qui l’a accueilli en 2002 au pic de la crise que traversait son pays-pour contribuer à sa manière au retour de la paix dans ce pays qui l’a adopté et qu’il a adopté.

Par ailleurs, il est revenu sur la situation qui prévaut en Guinée en déplorant les violences de ces derniers jours qui secouent Conakry. Il a invité les acteurs politiques et les forces vives du pays à renouer le fil du dialogue. Il a aussi rappelé ses efforts personnels et ceux d’autres artistes dans l’entre-deux tour de la présidentielle de 2010 pour aider à la réconciliation et à la paix. Un single a même été produit à cette occasion.

Au sujet du film dont il est l’un des acteurs, il estime que c’est dans le droit fil de son combat pour la justice et la paix en Afrique à travers un message d’espoir pour l’avenir. D’où le titre du documentaire.

A travers une plongée dans le parcours de l’artiste depuis ses débuts difficiles dans son Odienné natal jusqu’à la consécration, le réalisateur a voulu montrer à cette jeunesse africaine en proie à des doutes et des interrogations, que le bonheur, la réussite et le succès sont à portée de main de toute personne pourvu qu’on s’y mette.

Avec Michel, Rosino et Diabson à Abidjan, ils s’activent à monter des projets qui leur permettront de s’en sortir dans une Côte d’ivoire qui sort de dix ans d’instabilité et de violences.

Affrontant les difficultés et les doutes, ils essayent de drainer dans leur sillage un maximum de concitoyens, que ce soit pour améliorer la scolarité, promouvoir la paix et la culture, ouvrer pour la justice. Ils se fixent des objectifs et tentent de s’y tenir…

Alors au rythme des chansons de Tiken Jah Fakoly et de son combat, ils se battent et espèrent arriver à leurs fins. A l’actif du réalisateur Samir Ben Cheick, deux films ‘’ Mètres carrés’’ et ‘’ journal intime de la Côte d’ivoire’’.