Samory Touré, le Napoleon du Soudan

article mise à jour : 29 août 2013
Samory Touré est né en 1830 en Haute Guinée. L’histoire de cet homme est rare, cruelle et juste. Roi insoumis et stratège militaire doué de génie, il lutta jusqu’à sa mort et mettra en déroute nombreux généraux Français.


Ainsi, d’après la légende les génies qui ont choisi Samory Touré ont d’abord proposé leur service a Karamoko Daye, un puissant marabout. Ce dernier fut privé de leurs forces par la faute de sa femme préférée, trop curieuse.

Le second n’obtint pas leur confiance et enfin, le troisième Samory Touré lui tint ses engagements vis-à-vis des diables. Il eut donc le choix de devenir soit riche, soit chef religieux, soit chef militaire.

Samory pour sauver sa mère qui était esclave de Séré-Birama, demanda de devenir chef militaire. Par la suite il devient commerçant érudit au service de son père pour pouvoir acheter des animaux afin de respecter les sacrifices exigés par les génies.

Une fois promu, Samory se mit aux ordres de Séré-Birama. Là-bas, grâce à son courage et son dévouement au combat, il obtint la libération de sa mère. Sur le chemin de retour, il commença aussitôt à constituer un embryon d’armée en enrôlant des Sofas de Séré-Birama. Il prêta aussi allégeance à la religion musulmane et prit le titre d’Almamy (roi en musulman), empereur du Soudan.

Ensuite, il chercha des alliances avec des villages les plus redoutables en bras et en forces occultes.

L’ Almamy Samory Touré partit s’installer à Samonkoro, où il fonda sa propre résistance et son propre organisation en trois groupes. L’un pour la conquête des nouvelles terres, l’autre pour l’Administration et le troisième pour la collecte de l’import.

En 1881, eut lieu sa première rencontres avec les colons, et jusqu’en 1890, il usa de la diplomatie et signa deux traités avec ceux-ci.

Malheureusement pour lui, les Français ne respectent pas les accords.
L’ Almamy mit alors au point sa terrible stratégie de la terre brulée, qui lui valu le surnom de Napoléon de Soudan, devant l’ennemi il fit le vide par le feu, emportant tout et laissant béante une brèche où les assaillants s’engouffraient. Au bout de la route l’armée de Samory était là pour les massacrer. Insaisissable, jamais il n’abdiqua et combattu avec ferveur pour la liberté de son peuple face à l’oppresseur. Mais au fil du temps, son armée affaiblie après tant d’années de combat et de migration.

Au même moment, le célèbre Karamoko Daye envouta l’une des femmes de l’ Almamy pour qu’elle revienne à ses cotés. Samory heureux du retour de son aimée fut accablé lorsqu’il apprit l’enchantement qui était à l’origine de sa présence auprès de lui. Il se promit de décapiter son ami et conseiller, le marabout Daye. Ce dernier paniquer le livra aux Français. Il leur demanda de saisir l’Almamy lors de sa toilette un jour d’épais brouillard. Les colons attendirent les conditions idéales. En 1898, il le firent prisonnier. L’ Almamy Samory Touré fut déporté au Gabon et trouva la mort en 1900 sur l’Ile de Djolé.