Showbiz

article mise à jour : 30 mars 2015
L’éternelle question des spectacles en Guinée

Du drame de la plage de Lambanyi à celui de Rogbanè en citant de passage le spectacle raté du groupe Instinct Killers à Kankan et bien d’autres manifestations culturelles, l’organisation du showbiz souffre atrocement de logistique en Guinée. Ces incidents à répétition ressassent avec pertinence l’éternelle question des spectacles en Guinée. Pourquoi ces incidents se produisent-ils souvent ? Comment en finir avec cette situation dont les conséquences sont encore d’actualités ?

Il faut d’entrée souligner que l’organisation des spectacles est de la responsabilité des acteurs à la fois culturels et décideurs politiques.
Autrefois, la Guinée reluisait de par sa culture. Aujourd’hui, ce n’est même pas une priorité pour les gouvernants.
La Guinée ne dispose que d’un seul et unique espace événementiel digne de nom, la salle des congrès du palais du peuple, pour l’organisation de spectacles et autres manifestations culturelles. Sans compter que ce même espace sert pour autres choses. Nos structures locales sont en deçà des standards sur le plan international.
Les activités culturelles et dédicaces organisées par les agences et autres promoteurs ont-elles une ou des incidences sur la promotion de la culture lorsque l’on sait qu’’il est question-là d’industrie et de grosses retombées financières ? Allez savoir !
De plus en plus d’opérateurs culturels foisonnent à Conakry mais pas à l’intérieur du pays. La raison est bien simple : l’environnement ne s’y prête pour faire de bonnes recettes. Pourtant la vie culturelle ne se limite pas qu’à Conakry et ses environs. Et quid de la responsabilité des gouvernants qui ne s’investissent pas pour changer cette donne entre Conakry et l’intérieur du pays.
Il revient donc à dire sans aucune forme d’hésitation que la construction d’un palais de la culture parmi tant d’autres initiatives s’impose, non seulement pour l’image de ce qu’a été la culture guinéenne par le passé et de ce qu’elle représente de nos jours. Tout ceci devrait en premier ressort être inscrit parmi les priorités du gouvernement et donc, nationales.

Ausmin