“Sundiata” Avec le Théâtre National de Guinée au CCFG : La charte de Kouroukan Fouga ressuscitée dans une création !

Publié par : Amara Nabé •  article mise à jour : 30 octobre 2017
“Sundiata” Avec le Théâtre National de Guinée au CCFG : La charte de Kouroukan Fouga ressuscitée dans une création !

A l’occasion du 72ème anniversaire de l’Organisation des Nations Unis (ONU), le commissariat général de Conakry Capitale Mondial du Livre a organisé ce 25 octobre une soirée artistique au Centre Culturel Franco Guinéen. En présence de plusieurs cadres du pays, le théâtre national a présenté sa pièce ‘’en route vers Kouroukan Fouga’’.

L’histoire raconte que Soundiata Kéïta, enfant paralytique, traîne… Un jour, sa mère Sogolon Diata, qui souhaitait avoir des feuilles de baobab est humiliée. Pour laver cet affront après sept ans de paralysie, Soundiata ou encore Magan Diata décide de marcher. Pendant ce temps, le royaume est toujours sous dominance du roi Soumangourou Kanté. Celui-ci n’hésite pas à tuer, massacrer, femmes, enfants et vieillards. Soundiata dont les sept frères ont été tués, est contraint à l’exil. Pas pour longtemps ! Il reviendra pour affronter le roi-sorcier à Kirina. La Bataille légendaire se solde par la victoire de Soundiata. Un Manding nouveau est né !

Après sa victoire, Soundiata décide de fixer des règles pour la bonne marche de la société. Tous les rois sont convoqués à Kouroukan Fouga. Au bord du fleuve Niger, le premier texte fondateur de la démocratie africaine est édicté. Pour la première fois, des chefs africains se réunissent pour élaborer une charte sur le respect de l’être humain et de son environnement, en prenant en compte tous les aspects du développement socio-économique de la communauté. Cet accord fut appelé Kouroukan Fouga.

Dans un décor très original et des costumes originaux que les comédiens de la troupe nationale de théâtre ont bien restitué cette histoire. Seul bémol, quelques défaillances notées au niveau de la maîtrise du texte, du jeu d’acteurs, et le déplacement sur scène. Ce qui fait dire à certains observateurs que la mise en scène n’était pas totalement au point. Résultat, le théâtre national a présenté un travail qualifié de prématuré au public venu en nombre suivre la pièce de théâtre. Cette pièce de théâtre a été interprétée par 20 comédiens et le ballet Djoliba.

Mamadou Alpha Balde
http://www.visionjeunes.com