Tierno Monenembo, lauréat du Prix Mohagany !

article mise à jour : 19 mars 2013
Les talents de l’écrivain guinéen Tierno Monenembo ne se démentent pas. En témoigne le prix Renaudot qu’il a remporté en 2008 avec son roman “Le roi de Kahel”, publié par la maison d’édition Le Seuil.

Poursuivant dans ce qui s’apparente à une nouvelle tendance orientée vers les faits historiques, Tierno Monenembo a sorti en 2012 “Le terroriste noir”. Et c’est cette dernière œuvre qui vient de remporter le Prix Mohagany de l’écrivaine camerounaise, Léonora Miano. Quant à “Le roi de Kahel”, il sera dès la fin de ce mois de mars édité en Japonais. C’est dire que notre compatriote est sur le point de briser toutes les frontières pour devenir tout simplement universel. C’est le jeudi 14 mars dernier que le jury du Prix Mohagany a délibéré à Paris. Tierno Monenembo n’y était pas. Il y a été représenté par des amis. En guise de trophée, ses représentants ont eu droit à un tableau peint par un artiste d’origine guinéenne. Selon des témoignages qui nous sont parvenus, l’auteur dudit tableau serait « très ému, imaginant son œuvre accrochée au mur de l’écrivain guinéen ».

Il est à préciser qu’au nombre des concurrents que “Le terroriste noir” a du affronter, il y avait entre autres, “Les immortelles” de Makenzy Orcel ou encore “Aminata” de Lawrence Hill.

Initié par la Camerounaise Léonora Miano, le Prix Mohagany dont c’était la seconde édition, se propose de mettre en lumière des auteurs d’expression française, subsahariens ou afrodescendants. La condition principale étant que les œuvres en question aient été publiées en 2012.

Quasiment au même moment, on apprend que “Le roi de Kahel” sera prochainement édité au Japon. Du coup, à partir du mois d’avril 2013, les Japonais ne seront plus obligés de lire cette œuvre en Anglais ou en Français, puisque la maison d’édition “GENDAIKIKAKUSHITSU” a accepté de le publier en japonais même.

Le même éditeur serait en pleine préparation pour sortir également en japonais “Peul” qui est un autre roman de Tierno Monenembo.

Guinee-culture avec GCI