Un regard sur la Haute guinée

article mise à jour : 6 septembre 2011
La Guinée qui bénéficie d’un environnement naturel exceptionnel, est un pays splendide aux paysages variés qui a toujours fasciné ceux qui l’ont visitée.

Elle offre aux visiteurs l’image d’un paradis touristique aux ressources variées insuffisamment exploitées. De fait, elle a conservé son patrimoine et protège l’environnement, gage certain d’un tourisme authentique.

Le comte de Sanderval, explorateur français, présentait ainsi la Guinée : « Pays des rivières, j’ai aimé tes turbans tranquilles brillants à travers le coton des nuages, tes immenses étendues vertes et si puissantes et si peu hostiles. J’ai parcouru tes montagnes âpres et accueillantes et vu tes larges fleuves peuplés de caïmans. J’ai pénétré ta forêt étouffante où la danse sacrée trouve sa frénésie, ailleurs encore, j’ai rencontré tes beaux hommes drapés, faisant paître leurs troupeaux, et surtout cela. J’ai vu éclater la tornade et le rideau gris de la pluie s’étendre ».

C’est dire que l’optimisme est permis de voir la Guinée bâtir un tourisme moderne, respectueux de l’environnement et qui soit un pilier de développement économique et social de la Nation.

* LA HAUTE GUINEE :
La source du Niger : c’est à Koli Koro, dans la préfecture de Faranah, à 562 km de Conakry, que le fleuve Niger prend sa source. la tradition populaire garde jalousement les mystères des bois sacrés qui entourent la source. Visitez aussi le parc de Sankaran, l’une des rares forêts vierges de la région.

Dabola : trois chutes rehaussées par une piscine naturelle font le charme touristique de Dabola : Kindoï (60 km de la ville), Kankama (55 km) et Tinkisso (7 km).

Dinguiraye : ville religieuse, Dinguiraye se distingue surtout par sa célèbre Mosquée construite vers 1848 par El Hadj Oumar Tall. Ici les souvenirs sont empreintes de la culture islamique.

Kouroussa : à 590 km de la capitale, au pays Hamana, se tiennent chaque année à la veille des premières pluies, de grandioses fêtes traditionnelles appelées fête des Mares Sacrées à Baro et à Koumana. Sur les plateaux du Hamana, le sacré et le profane se fondent dans des rites qui s’articulent autour de la célèbre danse Doundoumba, et de la pêche dans les lacs sacrés. Écoutez conteurs et chasseurs vous livrer des témoignages émouvants, tantôt réels, tantôt mythiques de traditions populaires.

Kankan : carrefour culturel, Kankan attire par ses vestiges historiques et par la beauté de ses paysages. Si vous fréquentez les plages du fleuve Milo, assistez au départ du bateau pour le Mali ; à voir également le cimetière des conquérants coloniaux à Kalissoro (Bissandougou).

Kérouané :ancienne ville natale de l’Almamy Samory Touré, le célèbre Tata, les vestiges des cases, le puits de son épouse Saranké qui n’a jamais tari, les tombes des Grands conquérants français du XIXe siècle, vous feront dévoiler un pan de notre histoire. La chute de Djigbé à 7 km, d’une hauteur de 30 m et la chute de Kamarato à 30 km de Banankoro, la cité du Diamant sont des atouts naturels qui comblent le visiteur.

Siguiri : dans la sous-préfecture de Nyagassola, les vestiges du 1er Fort colonial témoignent de farouches combats qui ont opposé conquérants coloniaux et résistants autochtones. C’est ainsi à Nyagassola que se trouve le balafon sacré de Soumaoro Kanté, le Sosso Bala, gardé par les Kouyaté, descendants de Balla Fasséké, le griot de Soumaoro Kanté.

A Siguiri, visitez également le Fort de Galiéni, construit en 1889, peu après celui de Nyagassola, la dame de Tennedy Kounadi sur la montagne de Maléah, la montagne de Yidi Kourou avec la légende sur le mortier et le pilon en or, les plages des fleuves Tinkisso et Niger, l’exploitation traditionnelle d’or qui a fait la renommée de Siguiri depuis des siècles.

A Norassoba à 93 km de Siguiri, sur la route de Kouroussa, allez admirer la coiffure sacrée de Fakoly Kourouma et découvrez ce personnage de légendes.

A Danka à 7 km de Siguiri, visitez la case sacrée de Magassouba. En passant par la montagne de Maléah, visitez à Mégnékoma la tombe de des deux frères qui se sont jurés franchise, une tombe qui a pour les autochtones un caractère sacré et qui donne
lieu à des prières et des offrandes.

En prenant la direction de Mandiana, après une escale à Saint Alexis, un des premiers villages chrétiens de Guinée, découvrez las vestiges de Niani, capitale de l’empire du Mali, le plus grand empire médiéval de l’Afrique de l’Ouest, et laissez-vous conter les belles épopées du Manding avec ses figures de légendes : Soundjata Keïta, Soumaoro Kanté, Fakoly Kourouma, Balla Fasséké.
Source : www.justinmorel.net