Une assurance-maladie pour les artistes guinéens

article mise à jour : 11 juin 2013
Ils sont nombreux ces artistes morts en agonie des suites de longues maladies faute de moyens de prise en charge médicale. De passage, citons entre autres Sekouba Fatako, Saidou Sow, Aicha Baya, Prince Théo, Abloss Touré, Foussény Diallo. Cette liste est loin d’être exhaustive. Pour pallier à cette non prise en charge médicale des artistes guinéens, le directeur général de l’Agence guinéenne de spectacles, Malick Kébé a engagé des pourparlers avec la société d’assurance NSIA Guinée pour une assurance maladie des artistes.

En compagnie de Malick Kébé, le directeur Général de NSIA Guinée, Djeket Constant, a été reçu en audience ce mardi 11 juin par le ministre de la culture, des arts et du patrimoine historique. Objectif, présenter les travaux préliminaires du projet d’assurances maladies des artistes guinéens.


Au sortir de l’audience, M. Djeket Constat a déclaré que ce projet d’assurance-maladie des artistes est né d’un constat. ‘‘Lorsqu’un artiste est malade, cela cause assez des problèmes. Il se retrouve tout seul, faute de moyens pour assurer sa prise en charge médicale’’ argumente le directeur général de Nsia Guinée.

Répondant aux questions des journalistes, le directeur général de la société d’assurance Nsia Guinée a indiqué que le ministre de la culture et du patrimoine historique, Ahmed Tidjani Cissé a accueilli la proposition avec beaucoup de satisfactions. ‘’Le ministre nous a encouragés à aller vers les artistes afin de les faire adhérer au projet. Ce n’est pas au ministère d’assurer les artistes, mais aux artistes eux-mêmes de le faire auprès de notre société’’ a-t-il précisé.

De son côté, Malick Kébé, s’est dit satisfait de la collaboration avec Nsia Guinée. A en croire le patron de l’agence guinéenne de spectacles, chaque fois qu’un artiste tombe malade, des SOS sont lancés dans les médias. ‘’Le constat en Guinée est lorsqu’un artiste tombe malade, nous lançons des cris de détresse aux autorités et aux bonnes volontés afin qu’elles viennent au chevet de l’artiste. Faute d’assistance, ce dernier épuise ses maigres ressources financières car Il n’y a aucune aide des artistes sur place. C’est le cas de Sekouba Fatako, Fouceny Diallo, Saidou Sow et tant d’autres qui sont morts en agonie’’ regrette Malick Kébé.

Face à cette situation, le ministère de la culture et du patrimoine historique, à travers la direction générale de l’agence guinéenne des spectacles, ne pouvait rester indifférent. C’est dans cette optique que des démarches ont été menées auprès de la société d’assurances Nsia Guinée. A ce projet, Malick Kébé associent les structures qui gèrent les artistes guinéens. ‘’Nous avons déjà échangé avec des associations d’artistes, notamment l’Unamgui (Union nationale des artistes et musiciens de Guinée), Morrag (Mouvement des rastas et reggaemen de Guinée), le Corrag (Collectif des rappeurs et reggaemen de Guinée)’’ a-t-il laissé entendre.

A la suite des échanges avec les associations d’artistes guinéens, une rencontre entre acteurs culturels se tiendra très prochainement à Conakry. ‘’Une rencontre à laquelle la quasi-totalité des artistes guinéens participeront car ce sont eux qui sont appelés à se faire assurer pour un lendemain meilleur.’’ a conclu Malick Kébé.