Une compilation de "Chansons pour la Réconciliation"

article mise à jour : 26 mars 2013
’La musique adoucit les mœurs’’ disait l’autre. On le sait bien, en Afrique, les griots, à travers leurs chants, jouaient un rôle primordial dans la société. Avec les mots, ils avaient la vertu de cultiver la paix, le pouvoir de réconcilier les gens.

La Guinée est actuellement secouée par une crise sociopolitique émaillée de violences, qui très malheureusement, ont coûté de nombreuses vies. Une raisons de plus pour les artistes guinéens de prendre leur bâton de pèlerin pour assumer leurs responsabilités "historiques".

Au nombre des chansons pour la paix et l’unité nationale vient s’ajouter cette fois-ci, un album de six titres, intitulé : « Chansons pour la Réconciliation ». C’est une production de l’USAID et une édition de‘’JMJ Music’’ sous la direction artistique de Maître Barry.

L’Agence américaine pour le développement international (USAID) va offrir 5.000 exemplaires gracieusement. Sur le CD, en image d’illustration, quatre mains tiennent une calebasse flanquée de l’effigie de la carte de la Guinée. Comme pour dire ‘’la Guinée n’est pas divisée en quatre régions naturelles, la Guinée comprend quatre régions naturelles’’. La présentation officielle à la presse de cet album a eu lieu ce lundi 25 mars 2013, au cours d’une conférence de presse organisée à la Maison de la presse, par Search For Commond Ground (SFCG).

Parmi les six titres qui composent l’album ‘’Chansons pour la Réconciliation’’, le titre phare est « la Guinée, ma patrie’’. Dans cette chanson,( comme toutes les autres d’ailleurs), qui a pour refrain ‘’La Guinée mon pays, la Guinée je t’aime’’, des messages de démocratie, de paix, d’unité nationale, de justice, de réconciliation, de combat de l’impunité, etc., sont portés très haut, pour éduquer et conscientiser les Guinéennes et Guinéens à prôner et cultiver l’amour de son prochain, l’amour de la patrie, à privilégier l’intérêt supérieur de la nation.

A cela, s’ajoutent les autres titres de l’album, dont le second morceau intitulé ‘’Wo ara sènyèn’’ a été chanté par Takana Zion ; le troisième ‘’Haldi Fotti’’ de Yéli Sayon ; le quatrième ‘’Kan na bo’’ de Kémo Kouyaté ; le cinquième ‘’Zégbéi Toutou’’ chanté par Philipe Kourouma ; le dernier et sixième morceau ‘’Lando’’, une composition de Sia Tolno. Parmi les artistes qui ont composé le titre phare ‘’la Guinée, ma patrie’’, on note la participation remarquable de l’international ivoirien Frédéric Meyway.

Parlant de ce dernier, l’un des conférenciers, M. Justin Morel Junior, a dit que Meyway a été invité au passage parce qu’ « il aime la Guinée, parce qu’il voulait aider notre pays à porter ce message, pour montrer que les questions de paix, de sécurité et d’unité nationale, ne sont pas seulement d’actualité en Guinée, ce sont des questions qui sont aussi d’actualité dans notre sous-région ».

S’agissant de l’album ‘’Chansons pour la Réconciliation’’, les conférenciers JMJ et Maître Barry, diront que c’est un travail qui porte haut des messages invitants ‘’les journalistes, les artistes de se prendre en charge pour que ce pays connaisse et vive la paix’’.
Laissant entendre que tous ces messages sont soutenus par ‘’une musique forte, authentique, avec un soutien textuel solide’’.

Tout en indiquant que ce travail a commencé en novembre 2011, les conférenciers ont affirmé qu’ils ont rédigé les ‘’textes de base qui ont été traduits dans les différentes langues nationales du pays avec les talents divers des artistes qui ont accompagné l’album’’. Aussi, ont-ils tenu à le préciser, il y a eu deux séquences d’enregistrement : « la première à Abidjan où nous avons enregistré dans le studio ‘’JBZ’’ de Jacques Bizolon la partie de Meiway et la partie internationale ; puis plusieurs parties de l’enregistrement à Conakry dans le Hamana Sound et le studio Morykantéya ».

Ces deux parties de l’enregistrement de l’album ajouteront-ils, ont permis de réaliser que ‘’ces chansons arrivent à temps’’ dans ce moment politiquement chargé de notre pays. Où il est important que ‘’chacun contribue à l’apaisement, que chacun contribue à ce que la pays ne brûle pas ; parce que nous ne sommes pas des incendiaires, parce que nous sommes des hommes de paix, parce que nous voulons que les artistes guinéens, qui depuis toujours, ont contribué à l’assise de la paix, de l’amitié et de l’unité entre les différentes ethnies de notre pays, entre les différents cadres du pays, que ces artistes s’expriment avec du talent, avec sérieux, avec du cœur’’.

Pour la lauréate du prix Découvertes RFI, Sia Tolno, participer à ce projet, était une manière d’apporter sa ‘’modeste contribution’’ à la culture de la paix et de l’unité nationale en Guinée. Puisque selon elle, ‘’ la paix n’a pas de prix’’ ; ‘’je suis bien placée pour le dire parce que j’ai vécu la guerre. Elle n’a pas davantage sinon que des conséquences graves pour la population et pour le pays’’. Croyant aux vertus du dialogue, Sia Tolno dira qu’ « on ne résout pas les problèmes par la violence, par la guerre, mais seul par le dialogue ».

Avant d’en appeler à tous les décideurs et acteurs sociopolitiques, ‘’d’écouter’’ les messages de paix, d’unité nationale et de réconciliation nationale, qui sont véhiculés dans cette compilation. Et d’ajouter que s’ils sont respectueux de leurs paroles, s’ils aiment ce pays comme ils le prônent souvent, « ils doivent forcément écouter ce CD qui est une compilation de chansons pour la réconciliation ».

Guinee-culture avec GCI