« Une femme éduquée est un peuple éduqué » : Maathé Keita, danseuse et chanteuse professionnelle

article mise à jour : 10 mai 2013
Maathé chanteuse et danseuse du groupe Kotaba est en Guinée depuis la fin du conflit post-électoral ivoirien , le pays de ses ancêtres. Après plus de 20 ans d’expériences avec le Groupe Kotaba, où elle été chanteuse parmi ‘’les Go’’, Maathé de retour au bercail veut perpétuer ce groupe en formant des héritières de ‘’Koteba’’. Cette troupe qui s’est produite sur les scènes les plus mythiques et enviés du monde. Dans cet entretien qu’elle nous a accordé en cette période de crise politique sociopolitique dans notre pays, Maathé parle de la paix et de quelques unes de ses projets pour les jeunes guinéens. Lisez…

Pour vous qui avez vécu en Côte d’Ivoire, un pays qui a connu des crises politiques, que pouvez-vous dire aux Guinéens pour maintenir la paix ?

Je dirais que sans la paix, je ne sais pas ce que nous allons devenir. Nous les artistes, pour pouvoir composer, il faut la paix, il faut qu’on ait l’esprit tranquille. Pour monter des chorégraphies, il faut la paix. Cette paix, c’est d’abord dans nos foyers. Ce sont les mères avec leurs enfants, les maitres et les professeurs à l’école, les pères avec leurs enfants. Prôner la paix, ne doit pas s’arrêter au niveau des politiciens. Les mots sont des semences. Quand on dit, ça devient vie et ça devient ce que ça doit devenir.

Est-ce que vous mettez la paix dans l’esprit de vos chansons et de vos chorégraphies ?

Même si nos chansons ne parlent pas exclusivement de paix, mais on y met toujours un clin d’œil. Il y a des titres composés pour la paix. On appelle toujours à la conscience de nos pères, de nos mères et dans les écoles.

Vous avez participé tout récemment aux 72 heures du livre. Qu’est ce que cela vous a inspiré ?

Je suis venue d’abord en tant qu’artiste, parce que le livre éduque. Et dans ce que je fais, je prône beaucoup l’éducation, la scolarisation de la jeune fille. Parce qu’une femme éduquée, c’est un peuple éduqué. La femme transmet son éducation et sa connaissance à tous les enfants qu’elle peut avoir.

Je suis chanteuse et musicienne. C’est aussi important de venir à ce genre de manifestation, qui nous permet de pouvoir composer et continuer nos œuvres.

Où en sommes-nous sur la formation des guinéennes qui devraient prendre la révèle de ‘’Koteba’’ en Guinée ?

C’est en bonne voie, on continue de travailler. Et j’espère que mes petites sœurs décrocheront. Il leur faut de l’endurance, de la persévérance, c’est ce qui nous (les anciennes de Koteba) a amené là où nous sommes aujourd’hui. C’est ce que je veux surtout enseigner à nos jeunes sœurs, avec lesquelles je travaille.

Quel message pour la jeunesse guinéenne ?

Mon message à l’endroit de la jeunesse guinéenne est clair. Tous ceux qui veulent entreprendre, ou qui sont entrain d’entreprendre, il faut le faire avec amour, avec passion et avec détermination. Il n’y qu’avec ceci qu’on peut avancer contre vents et marrées.