Une semaine, Une plume : Et me voilà

article mise à jour : 19 août 2013

Et me voilà moi qui me désole

Moi assieds nu au sol

Parce que exclus au grand spectacle

Je m’attends à un grand miracle

Pour sauver la jeunesse

Celle source de toutes les richesses

Mais conduites à un destin proditoire

A quand sera-t-elle le miroir ?

Celle dont les ainés protègent

Car étant la grande hypothèse

Pour la nouvelle lune

Celle-là est mon vaillant hymne

Que je chante pour tirer la sonnette

Car elle semble être l’oubli des vieilles lunettes

Regardez !sous vos yeux elle se fasse

Réagissez avant qu’elle ne casse

Partagez sa détresse

Ayez un esprit de finesse

Arracher les herbes de haines

Avant qu’elles ne s’enchainent

Laver les cœurs

Nettoyer les corps

Arrêter les soubresauts

Avant le grand sursaut

Sinon est en marche les vers et le vent du printemps

Et il n’avance que pour bouleverser le temps

Alpha Abdoulaye Diallo extrait de « les Vers du printemps »